Aristide Bruand
Transposer

Il N'Peut Pas (le Génie de La Bastille)


Aristide Bruant


Pasted GraphicPasted Graphic 1Pasted Graphic 4Pasted Graphic 2Pasted Graphic 3Pasted Graphic 5

Song : D
Intro :
D
1. Sur la place de la Bastille,
A7
À travers l'immensité,
D A
On voit un monsieur qui brille :
E7 A
C'est l'génie d'la Liberté !
A7 D
Paraît qu'là-haut il s'embête,
A7
Il voudrait bien s'envoler,
E
Ou bien piquer une tête,
A7
Mais il n'peut pas s'en aller;

Et pourquoi ?
Parce que…

Refrain :
D
Il n'peut pas, il n'peut pas
A7 D
Lâcher la colonne !
Il n'peut pas, il n'peut pas
E7 A7
Sauter jusqu'en bas !
D
Il n'peut pas, il n'peut pas
A7 D
Lâcher la colonne !
G D
Il n'peut pas, il n'peut pas
A7 D
Sauter jusqu'en bas !

Au Refrain

Quand il survient une averse
Ça lui tomb' serré sur l'dos,
P'tit à p'tit, la plui' l'traverse,
Il est trempé jusqu'aux os.
Pourtant il voit sur la place,
Perdu dans l'brouillard épais,
L'marchant d'paraplui's qui passe,
Mais il n'en ach't'era jamais !

Au Refrain

Quand l'moment d'la canicule,
Quand nous trouvons qu'il fait beau,
Là-haut, le soleil le brûle
Sans qu'il puiss' boire un verr' d'eau ;
N'ayant mêm' pas d'chapeau d'paille
Pour se garantir un peu,
Il rôtit comme un' volaille
Sous l'éclat du ciel en feu.

Au Refrain

C'est en hiver, quand il gèle,
Qu'il a le plus à souffrir ;
À travers le vent, la grêle,
Il n'a mêm' pas d'quoi s'vêtir.
Pourtant, tout Paris s'habille
À ses pieds, sans beaucoup d'frais.
Mais les Phar's de la Bastille
Ne l'habilleront jamais.

Au Refrain

Quand la nuit étend ses voiles
Dans les horizons brumeux,
À la clarté des étoiles,
Il regard' les amoureux.
On dit qu'parfois il s'écrie :
Quand est-c' que viendra mon tour ?
Mais, hélas, jamais d'la vie
Il n'saura c'que c'est qu'l'amour.

Au Refrain

Le dimanche, il voit la foule
Qui va respirer l'grand air ;
Au lieu d'rester sur sa boule
Il voudrait prendr' le ch'min d'fer.
Mais les employés d'la ligne
Se souci'nt bien d'son ennui,
Depuis l'temps qu'il leur fait signe
Le train part toujours sans lui.

Au Refrain

Plaignons sa mésaventure,
Car, s'il nous fallait rester
Jour et nuit dans cett' posture,
Nous n'pourrions y résister.
Y a des gens qu'ont tout's les veines,
Mais croyez-vous qu'il en a ?
Lui, qui vient d'briser ses chaînes
Il est forcé d'rester là.
Transposer